Vendredi 11 mars 5 11 /03 /Mars 18:36

tumblr ktctx8NBNm1qzvn69o1 500

 

 

 

À ce moment-là, François reconnaît un couple qui passe et nous les présente, Françoise une collègue de travail et son mari Philippe. Antoine, toujours aussi amusant, les met immédiatement à l’aise et leur propose de partager un second gâteau avec nous. Tandis que nous papotons, Antoine devient plus entreprenant à mon égard. Ses mains parfois baladeuses viennent s’égarer sur mon corps et je devine qu’il aimerait bien aller voir sous la jupe ... Mais François m’attire plus, son charme est vraiment séduisant. La discussion s’anime avec nos invités surprise, ils me semblent vraiment sympathiques, spécialement Françoise avec qui nous discutons de mille choses. Nous leur proposons de rester avec nous pour dîner au resto. Finalement ils nous proposent d’aller dîner chez eux, ce sera plus convivial, nous disent-ils.

 

Ils n’habitent pas bien loin et c’est en effet une bonne idée ! Je ne sais pas comment tout cela va se terminer, mais j’aimerais bien me faire le timide François. Par contre, j’ai l’impression qu’Antoine s’accroche dur !

 

Pendant le dîner, Antoine met une ambiance d’enfer. De temps en temps, il rappelle une pensée de Wolinski qui nous fait réagir.

 

-          "Il y a deux sortes de femmes, celles qui sont trop bien pour moi et celles pour qui je suis trop bien".

 

Nous en discutons lorsqu’il nous en sort une autre :

 

-          "Il y a deux catégories de femmes : les baisables et les imbaisables. Les meilleures ce sont les imbaisables, elles pleurent de joie quand on les baise !".

 

À la fin du dîner, tous assez réchauffés par l’alcool, Antoine suggère que l’on fasse une partie de strip poker. Jamais je n’accepte de m’adonner à ce genre de jeux, mais l’idée de les voir nus devant moi m’excite alors grandement. Naturellement, plus la partie avance et plus nous perdons des vêtements. Alors que je me retrouve avec mon seul top, mes deux hommes viennent de perdre leur main et s’affairent à retirer le dernier morceau de leur attirail. Qu’il est excitant de voir les sexes d’Antoine et François côte à côte ! J’imagine que la situation les excite eux aussi car ils sont déjà au garde à vous. Il faut dire que depuis les dix dernières minutes, ils lorgnent sérieusement sur ma poitrine. Se sentant en désavantage, ils se décident à me retirer de force le dernier morceau qui me reste. Antoine me retient par derrière alors que François me retire mon top, non sans quelques difficultés tant il est moulant. Nos jeux excitent grandement mon cher François. Nous passons au salon. Je m’assois dans le fauteuil en face de lui. Ses yeux vont de mon visage à mon entre jambes et déshabillent ma chatte. Je suis très excitée et je n’en peux plus d’attendre, je ruissèle de plaisir. Enfin il se décide, il s'approche et m'embrasse d’un baiser fougueux et passionné. Il me caresse la poitrine, mes tétons sont durs et gonflés. François s’agenouille, mon clito est gonflé de désir. Sa langue me lèche maintenant, pénètre mon intimité. Ma chatte devient une fontaine d'où s'écoule la précieuse liqueur. Il me boit, le plaisir m'envahit et là j'ai moi aussi envie de le prendre dans ma bouche. Je le suce, aspire et j'insiste sur son gland que ma langue lèche avec volupté. Il est enfin à moi et je serai le premier à le baiser. J’en avais tant envie. Je cesse de le sucer car je le veux au fond de moi. Il me prend sur le sol. Je sens maintenant sa queue au fond de mes entrailles. Je le mords, crie, ne me maîtrise plus tant j’ai attendu. Je change de position et il me prend en levrette comme une chienne que je suis devenue.

 

-          Vas-y baise-moi, plus fort, plus loin, oui encore ...

 

Le plaisir m'envahit d’une jouissance longue et intense. Je devine que François va lui aussi jouir. Je me retourne et prend sa queue mouillée de mon plaisir dans ma bouche et quelques instants plus tard il m'honore de sa jouissance par de longs jets chauds et puissants. Je veux tout, son jus m'appartient, je le bois et lèche jusqu'à la dernière goutte. Comblés nous nous embrassons, mais ce n'est que le début d'une très chaude soirée.

 

Le pauvre Antoine était resté spectateur. Philippe prend maintenant sa femme Françoise. Tous les deux partent dans un délire qui les conduit à des orgasmes répétés. Philippe s’aperçoit qu’Antoine bande toujours.

-          Que dirais-tu de prendre Françoise ? Je te sens très tendu et j’aimerais que cette grosse queue retourne à son état normal.

Antoine ne se fait pas prier deux fois. Philippe est à peine sorti de Françoise que déjà il s’affaire à la prendre par-devant. Françoise lui rend la tâche facile, ouvrant ses longues jambes du plus grand qu’elle peut. Philippe entend les gémissements d’Antoine alors qu’il pénètre sa femme. Mais c’est surtout les cris de plaisir de Françoise qui le rendent fou. Philippe se positionne derrière Françoise et la reprend encore une fois. Françoise est comblée par ces deux grosses queues qui la pénètrent encore et encore. Jamais elle n’a éprouvé un tel plaisir et les deux hommes s’en rendent compte par la fureur de ses cris :

-          Ha, oui ... encore ... mmmmmmmm ... c’est tellement bon de vous avoir au fond de moi ... encore ... oui ... ouiiiiiiiiii... vous êtes tellement durs ... vos queues tellement bandées .... je vais jouir .... Oui !!!

Par la puissance de ses cris, Philippe comprend que sa femme atteint l’orgasme. Par contre, lui n’a pas encore joui, Antoine non plus. Délaissant Françoise à son plaisir, les deux adonis s’embrassent d’un baiser passionné. Philippe se met à quatre pattes et il ne faut que quelques secondes à Antoine pour commencer à l’enculer. Les deux hommes éprouvent énormément de plaisir. La queue d’Antoine n’arrête pas de bander à la vue du cul de Philippe. Plus il l’encule et plus sa queue devient grosse. Mais à la vue de ces deux hommes ainsi positionnés, Françoise ne peux résister et se positionne sous son mari, de façon à ce qu’il puisse la prendre alors qu’il se fait lui-même enculer. Jamais il n’avait ressenti un tel plaisir. Voir la poitrine de sa femme, sentir sa queue toute bandée la pénétrer alors qu’il se fait lui-même enculer en était trop. Lorsqu’il éjacule, c’est dans un long cri de satisfaction. Après avoir déchargé, Philippe remercie très gentiment sa femme et Antoine pour de tels plaisirs partagés.

Cette fille me plaît vraiment, j’ai vraiment envie d’elle aussi. Pourtant les filles ce n’est pas trop mon truc, mais là elle m’excite un max. Je vais la rejoindre dans la salle de bains. Elle sort d’une bonne douche. Toute fraîche ainsi, elle m’excite encore plus. Je me plaque contre elle le long du mur et un désir fou se propage en moi. J'ai envie de poser mes lèvres contre les siennes et d'échanger plus d'un baiser langoureux. Je vois qu’elle en a envie aussi !!....humm mm ! C'est fou comme elle se débrouille bien avec sa bouche et ses lèvres. J'ose imaginer ses mains se posant sur mon corps entier. Elles sont posées sur sa chatte pour de douces caresses. J'adore la voir faire, elle le fait si bien ! Françoise me demande de la rejoindre et d'y poser ma bouche, je la mange longuement, j’entends de petits gémissements qui sortent de sa bouche et qui me disent d'accélérer le mouvement ...Comme j'ai envie d’elle ! Je la couvre de baisers... Ma langue parcourt l’entrecuisse. Je m'installe tout près d’elle et c'est au tour de mes mains de la caresser. Des mouvements lents qui s'accélèrent de plus en plus vite se font sentir... Je suis tellement occupée avec ce beau corps doux, chaud et sensuel que je ne sais plus où donner de ta tête... Je prends sa main et la pose sur un de mes seins... Elle voit comme je suis excitée moi aussi. Je la désire et c’est réciproque. Sa langue maintenant se pose sur mes mamelons et suis bien les courbes de mon corps... Humm mm ! Comme c'est bon... elle m'écarte les jambes et découvre mon sexe rasé... Je sens les mouvements circulaires de sa langue sur mon clito, c’est délicieux... Grrrrr !!! Je pousse de longs gémissements et tout mon corps en frissonne. Son visage se rapproche du mien et nous échangeons quelques baisers. Nous nous surprenons à prendre un tel plaisir, elle me regarde me caresser le clitoris. Je vais exploser d'une minute à l'autre tellement c'est bon. Ses mains se posent de nouveau sur mes seins et les caressent. Je me branle de plus en plus vite. Nous avons toutes les deux très chaud ! Je pousse un gémissement de plaisir, je viens, et elle aussi.. Quelle synchro ! Je me pose sur elle et la couvre de mille et un baisers...Merci à toi mon amour ! Quelle délicieuse découverte !

 

tumblr krohpiL14u1qz5yn1o1 500

Par Peter Pan - Publié dans : textes érotiques - Communauté : les blogs persos
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

Pages

Le blog de Peter Pan

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Décembre 2016
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>

Derniers Commentaires

me contacter

Texte Libre

Compteur de visiteurs en lignes

Texte Libre

Texte Libre

Texte Libre

Compteur Global

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés