Mardi 12 mars 2 12 /03 /Mars 17:12

72578843 p

 

 

Amie

  Ils habitaient un duplex au quartier latin, un couple d’une trentaine d’années. Une amie à elle était venue du Brésil pour ses vacances avec l’intention de s’amuser à Paris. Ils vivaient à trois pour une quinzaine dans cet appartement entouré de nombreux voisins devenus des amis. Un après-midi, l’épouse était sortie laissant son amie avec le mari. Lui ne pensait pas du tout à tromper sa femme car à vrai dire l’amie en question n’était pas une beauté. Assez lourde de corps et de traits, elle n’était pas laide mais elle n’était ni très sexy ni très attirante. De plus elle ne parlait pas un mot de français et lui baragouinait quelques phrases de portugais que sa femme lui avait appris. Ils ne pouvaient donc même pas communiquer aisément.

  Cependant, elle s’ennuyait et avait décidé de profiter de ses vacances et de ramener au moins une aventure. Elle avait envie d’un homme. Lui ne s’en doutait pas le moins du monde et ne pouvait s’imaginer qu’entre deux amies aussi chères puisse se glisser cette tromperie. Il était affairé dans la kitchenette quand elle vint contre son dos coller sa poitrine sur lui et le masser lentement avec ses seins. Il eut un choc et se dégagea en faisant semblant de ne pas comprendre. C’était la première fois qu’une femme l’entreprenait la première, et il l’entendit dire quelque chose en portugais qu’il comprit comme « je ne devrais pas faire ça, si mon amie était là, elle me tuerait ». Déjà ils semblaient tous deux oublier ce qui s’était passé, jugeant que ce ne serait ni très correct, ni très raisonnable d’aller plus loin.

  Malgré tout l’attitude de la fille massant ses seins contre lui et le provoquant directement commençait à l’exciter. Il se disait : « tu cherches, tu vas l’avoir », et ne pouvant dialoguer avec elle il songea à une autre façon de se rapprocher d’elle. Il avait maintenant envie de cette femme, et voulait la prendre comme un objet, comme sa chose. Le fait qu’elle avait fait le premier pas semblait vouloir dire, je suis offerte, mon corps est à toi, fais-en ce que tu veux…

  Il alla prendre une douche, non pour se calmer car il avait une érection qu’il garda pendant ses ablutions, se caressant légèrement le sexe mais sans aller trop loin, et il sortit peu après vêtu d’un peignoir qui masquait à peine son état. Elle était assise sur un tabouret à la table de l’unique pièce feuilletant une revue. Il prit à son tour l’initiative, se penchant au-dessus d’elle une main sur son épaule pour regarder ce qu’elle lisait. En même temps sans un mot, il dégagea le peignoir de l’autre main pour laisser sortir le sexe bandé qui entra en contact avec son bras. Elle se raidit sentant le sexe humide sur sa peau. Ils continuèrent leur manège, faisant semblant de s’intéresser à la revue dont elle tournait les pages machinalement. En même temps il se caressait sur elle et vit qu’elle respirait plus vite. Il glissa le sexe entre son bras et son poitrail et commença à aller et venir, glissant contre son corps et contre son sein. Le sexe ressortait tout rouge et raidi contre la fine chemise, le gland décalotté par le passage, et elle le serrait contre elle, en faisant toujours semblant de regarder le journal. Le sexe humide pénétra sous le bras dans l’échancrure du corsage et continua sa course dans le balconnet du soutien-gorge se frottant sur le côté du sein. Ils continuèrent ainsi un moment leur jeu sans parler, mais il allait et venait de plus en plus vite, émettant un liquide qui facilitait le passage. Il sentit que le côté bizarre de la situation provoquait un déclic et qu’il avait passé le point de non-retour. Il éjacula abondamment dans le corsage voyant le sperme mouiller le tissu en larges taches et remplir le soutien-gorge pour glisser sur le sein jusqu’à la pointe et s’arrêter dans le tissu serré. Fermant les yeux il resta un moment ainsi, jouissant de la situation, savourant mentalement cette prise de possession insolite de la femme.

  Il se libéra alors et la prit par le bras, la fit lever et la dirigea vers une sorte de bat-flanc au fond de la pièce. Il la fit se tourner et mettre à quatre pattes en même temps qu’il dégageait sa jupe et la remontait sur ses fesses. Il abaissa le slip et fit apparaître le sexe déjà humide. Il la tenait à la croupe et chercha l’entrée du sexe pour y diriger son gland. Il avait à peine cessé de bander et reprit une érection plus ferme à l’approche du sexe féminin. Il finit par s’y engager et l’enfila brutalement. Elle gémissait sous ses coups de boutoir et lui allait et venait en elle tenant ses fesses et la guidant au gré de son désir égoïste de mâle.

  N’allant pas jusqu’au bout, il se retira d’elle et lui prit les cheveux pour lui présenter son sexe tout gluant. Elle restait à quatre pattes sur le canapé bas et il la prit par la bouche, s’enfonçant sans ménagement et l’utilisant comme d’un vagin, la faisant aller et venir de la même façon. Lassé au bout d’un moment il se retira et lui indiqua son corsage en lui faisant comprendre de libérer ses seins. Elle s’exécuta et fit apparaître une poitrine lourde, commençant déjà à s’affaisser, mais néanmoins encore belle et sensuelle. Il approcha son sexe et lui fit signe de le masturber à nouveau de son corps. Docile, elle resserra ses mamelles de ses mains autour de lui et il commença entre elles son mouvement de va-et-vient. Le sexe caché par la poitrine volumineuse avait seulement son extrémité, le gland rouge et gonflé, qui apparaissait au sommet à chaque mouvement vers le haut. Au bout d’un moment il cessa et lui ôta ses derniers habits. Elle était assez boudinée mais appétissante et il la fit asseoir pour la reprendre à loisir dans sa bouche, la laissant cette fois-ci travailler elle-même sur le sexe et pousser son plaisir. Il se retint cependant car il voulait la prendre autrement. Il sortit de sa bouche et la fit se retourner pour la pénétrer à nouveau dans le vagin et recommencer de la ramoner sans ménagement. Il sortit encore et approcha cette fois son sexe de l’anus où il commença à pousser doucement, l’abondance de liquide facilitant l’intromission. Il l’encula alors d’un seul coup et il l’entendit gémir tandis qu’elle encaissait le sexe jusqu’à la garde. Il entreprit alors de la ravager systématiquement, violemment et il sentit qu’elle aussi prenait son plaisir, car elle prononçait des paroles sans suite et sans sens pour lui. Elle lui saisit les testicules, le malaxant habilement de ses mains et cherchant à provoquer sa jouissance. Mais, au bord du plaisir, il se retenait encore car il voulait pousser encore plus loin le jeu de l’humiliation envers cette femme, qui avait abandonné la prudence habituelle de son sexe en prenant l’initiative par un acte délibérément érotique.

  Il sortit du rectum, le sexe tout fumant, et présenta dans cet état l’instrument bandé contre son visage. Elle eut un haut-le-corps quand elle vit devant elle, à quelques centimètres, le gland décalotté, souillé de tous ses orifices. Mais il lui prit la tête et la rapprocha. Elle renâcla, se détourna, il dut s’y prendre à deux mains pour la forcer. Sa résistance n’était pas vraiment totale car il lui aurait été facile de se dégager. Il entra en contact avec son visage, cherchant à nouveau l’entrée de sa bouche. Elle céda et plongea dans un abandon total qui lui donnait un plaisir trouble, presque pervers. Il pénétra d’abord le gland puis tout le sexe qui vint buter au fond du palais. Il lui fit comprendre de remuer la langue autour de l’extrémité de sa verge et commença un mouvement de va-et-vient, lent puis plus rapide. Son plaisir commençait à monter, décuplé par la longue attente et par la situation inédite, jamais il n’était passé ainsi du rectum directement à la bouche d’une femme. Il jouit en tremblant, par longs jets saccadés qu’elle reçut au fond de la gorge, et qu’elle ingurgitait au fur et à mesure que le liquide blanc lui emplissait la bouche et les joues. Il se retira d’elle après une dernière bordée et eut la satisfaction de voir le mouvement de son cou au moment où elle déglutissait pour avaler cette ultime goutte de sa semence.

  Il s’approcha de la femme et l’embrassa sur les lèvres, cherchant l’intérieur de sa bouche, trouvant son propre goût avec sa langue, partageant sa souillure, pour lui faire comprendre qu’il acceptait sa part d’humiliation et se plongeait autant qu’elle dans cette débauche, dans le contact de ce mélange peu ragoûtant. Il alla néanmoins, comme elle, se laver et se brosser les dents ensuite pour éliminer l’aspect nauséabond de cette étreinte.

  Peu après sa femme rentra, ils avaient l’air affairé, innocent, et rien ne se passa plus entre eux jusqu’à la fin de son séjour. Elle jeta son dévolu sur un ami du couple avec qui elle eut la rapide liaison qu’elle cherchait pour son passage à Paris.

 

74970215 p

Par Peter Pan - Publié dans : textes érotiques - Communauté : les blogs persos
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Pages

Le blog de Peter Pan

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Décembre 2016
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>

Derniers Commentaires

me contacter

Texte Libre

Compteur de visiteurs en lignes

Texte Libre

Texte Libre

Texte Libre

Compteur Global

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés